Archives

Catégories

Méta

Droits de la FemmeEspace Jeunes

Togo/SNLF 2021 : Engagement communautaire, quels avantages pour les jeunes ?

(Société Civile Médias) – Présidente du Conseil d’Administration de la Fondation SEPHIS, une organisation qui œuvre pour l’éducation et la formation des jeunes notamment des jeunes femmes en leadership, Sefora Kodjo (photo) estime qu’ « on ne réussit pas seul, mais plutôt ensemble et en équipe ». D’où la nécessité de l’engagement communautaire.

D’après la fondatrice de SEPHIS, qui intervenait par visioconférence ce samedi au 7e Sommet national du leadership féminin sur le thème “Engagement communautaire des jeunes : quoi, pourquoi, et comment ?”, en plus de permettre d’avoir plus d’impacts sur le terrain, l’engagement communautaire aide les jeunes à développement suffisamment d’aptitudes et de compétences durant leur parcours dans la vie associative.

« Lorsqu’on lance le programme de volontariat au niveau de notre organisation par exemple, on a beaucoup de jeunes qui y postulent. La dernière fois, on a recueilli environ 1600 candidatures pour seulement 100 places. Et quand ils viennent, ces jeunes apprennent à rédiger des courriers, participent à nos événements etc. Ils sont dans une sorte d’immersion qui les aide à développer leur estime plus tard, à parler en public, à se démarquer et a surtout prendre des initiatives. Là où quelqu’un est passif, ils auront à se montrer agressifs et à saisir les opportunités qui se présentent à eux. Donc, la vie communautaire ou associative développe en nous des compétences qui aujourd’hui sont nécessaires pour réussir dans les écosystèmes dans lesquels nous vivons », indique la première responsable de la Fondation SEPHIS.

La crédibilité est l’autre avantage qu’on tire de l’engagement communautaire. D’après Sefora Kodjo, plus on est ensemble, plus on est crédible.

« Quand tout le monde parle en même temps, on n’entend plus le message, on entend du bruit. Mais quand on travaille ensemble, ça amplifie l’impact, ça amplifie la voix. Voila pourquoi nous devons apprendre à faire les choses ensemble, en communauté pour avoir plus de résultats », précise-t-elle.

Si l’engagement communautaire est nécessaire, comment s’engager alors ? D’après celle qui est aussi activiste pour le leadership des femmes africaines, la vie communautaire doit être attachée à la passion, aux choses qu’on aime et qu’on apprécie, aux sujets qui nous intéressent.

« Si c’est la thématique environnement qui vous passionne, il faut forcément s’engager dans des organisations ou actions qui traitent de cette thématique. Il en est de même pour les autres thématiques notamment l’éducation, la santé, la bonne gouvernance etc », précise-t-elle, avant d’ajouter que l’engagement communautaire nous permet de développer suffisamment de compétences qui nous servent aussi dans notre vie privée.

Lire aussi : SNLF 2021 / Eric Bonin : « Le féminisme n’a plus besoin de discours, mais d’action »

Par ailleurs, Sefora Kodjo a invité les jeunes à développer leurs réseaux vu qu’on est aujourd’hui dans un monde qui exige cela.

« On est aujourd’hui dans un monde où on évolue en réseau. Si vous connaissez des gens, vous faites avancer votre agenda beaucoup plus vite. Au cas contraire, c’est très difficile. Pour développer ce réseau, il faut être en contact avec les gens, et la vie communautaire vous expose positivement, vous permet de connaitre les gens, de les approcher », fait-elle savoir. «  Ce qu’on a construit avec SEPHIS est parti de cela. C’est grâce à tous ces gens qui se sont engagés avec nous, qui nous ont aidé et qui sont avec nous au quotidien. Ce n’est pas l’histoire d’une seule personne parce qu’une seule personne ne peut pas le faire. Il a fallu que plusieurs personnes s’engagent pour qu’on en arrive là », ajoute Sefora Kodjo.

Créée en 2009 par Mme Sefora KODJO épouse KOUASSI, SEPHIS est une Fondation qui œuvre pour l’éducation et la formation des jeunes notamment des jeunes femmes en leadership. La Fondation promeut l’amélioration des conditions de vie et l’octroi de plus de pouvoir à des personnes jugées minoritaires, notamment les femmes, pour agir sur les conditions sociales, et économiques qui sont les leurs. Ainsi, SEPHIS met en lumière les opinions et les points de vue des jeunes femmes sur les questions relatives à la participation des femmes et à leur autonomisation en Afrique. A ce jour l’organisation est représentée dans 05 pays africains (Ghana, Sénégal, Burkina-Faso, République Démocratique du Congo, Libéria, Togo) et son siège est en Côte d’Ivoire à Abidjan.

Leave a Response