Archives

Catégories

Méta

AgricultureAgro-Ecologie

Togo : Plus de 400 paysans formés par le programme “Ecole paysanne agroécologique” d’Eco-Impact

(Société Civile Médias) – Au Togo, l’association Eco-Impact travaille à l’émergence d’une nouvelle génération de paysans et d’agriculteurs respectueux des bonnes pratiques agroécologiques. Le programme “Ecole paysanne agroécologique” (EPA), mis en place par cette organisation, œuvre pour l’atteinte de cet objectif. Programme de formations collaboratives à la carte, d’échanges, de partages d’expériences et d’orientations, cette initiative a contribué à former plus de 400 paysans, dont 211 femmes, dans 5 préfectures du Togo en octobre et novembre 2021. Et elle ne compte pas s’arrêter là.

La formation à l’étape de la préfecture d’Agou, à Avétonou

« Nous sommes convaincus que la connaissance est profonde. La connaissance étant une combinaison de savoirs, savoir-faire et savoir-être mobilisés pour agir de manière adaptée, face à une situation donnée. Parfois ces connaissances dorment ou sont oubliées. Et l’un des buts, en dehors d’outiller les paysans ou les producteurs agricoles et éleveurs, est de recenser toutes ou presque toutes les bonnes pratiques agroécologiques afin de mieux les expérimenter, de mieux les révéler et de mieux les valoriser selon chaque zone », soutient Jean-Charles Sossou, agronome, agroécologiste, président d’Eco-Impact et principal formateur, pour justifier la mise en place de l’EPA.*

Lire aussi : Côte d’Ivoire – Agroécologie : Les bienfaits du biochar passés au crible par Eco-Impact et d’autres organisations d’Afrique francophone

D’après M. Sossou, cette initiative se veut un espace de partage pour favoriser le dialogue, la réflexion en commun et le partage des expériences autour des questions majeures essentielles du développement. Elle se veut également un espace pour garantir une ligne d’actions communes, un cadre d’échange de ressources et de bonnes pratiques afin de développer des synergies.

L’étape de la préfecture de Kloto, à Tové

« C’est aussi un programme de sensibilisation qui s’inscrit dans une logique de développement des compétences, pour répondre à des besoins exprimés par des paysans, des coopératives agricoles, des agro-entreprises et autres. C’est le vecteur d’un nouvel apprentissage dans le domaine agricole, puisqu’il apporte une réelle valeur ajoutée aux activités et aussi sert de réceptacle à l’information apportée par les différents participants paysans », précise le premier responsable d’Eco-Impact, d’après qui l’EPA vient reconstruire l’identité paysanne et contribuer à la promotion des exploitations familiales pour un développement humain durable. Ceci, en vue de l’atteinte des ODD 2, ODD 1 et ODD 15.

Pour Jean-Charles Sossou, l’agriculture étant un domaine qui intéresse peu de jeunes en raison de certains stéréotypes et jugements que beaucoup ont sur ce domaine, il est du devoir de son association de leur faire comprendre que cette activité est noble et essentielle pour le développement et de les informer également sur les opportunités qu’elle offre.

Lire aussi : Togo : “Eco Impact” outille les formateurs endogènes et les acteurs du domaine agricole et environnemental sur les pratiques agroécologiques

Formation dans les Lacs, Elavanyon Condji

Un programme axé sur des thèmes divers

Tenue en octobre et novembre dernier, l’EPA s’est déroulée dans cinq préfectures du sud du Togo à savoir Agou, Avé, Kloto, Haho, Bas-mono et Lacs. Le programme a réuni plus de 400 participants, notamment des paysans, des jeunes, des étudiants désireux d’apprendre ou d’approfondir leurs connaissances sur les techniques ou pratiques écologiques en agriculture et en élevage. En somme, il s’est agi de formations de « Paysans à Paysans ».

« Ce sont des formations dont la méthodologie est basée sur l’andragogie et l’Edutainment. Cette méthodologie a pour objectif de collecter les bonnes pratiques auprès de paysans et cultivateurs, et d’en outiller d’autres sur ces bonnes pratiques. Il s’agit aussi de collecter ces bonnes pratiques dans chaque zone afin de les adapter dans d’autres zones où besoin sera », explique Jean-Charles Sossou.

Formation à l’INFA de Tové

De la gestion durable des terres à l’accès des produits sains et agroécologiques à un marché durable en passant par la fertilisation ; la gestion efficace des nuisibles ; la conservation de la biodiversité ; la gestion durable de l’eau (bio-irrigation) ; l’agroforesterie ; la conservation des semences ; la gestion post-récolte des produits agricoles (transformation et conservation), l’élevage amélioré ; le programme a abordé toute une panoplie de thèmes qui ont permis aux participants de renforcer leurs capacités et de se doter de savoir-faire pour un sol sain et une alimentation saine. Ceci, avec l’appui des partenaires Pain pour le Monde, Alliance for Food Sovereigny in Africa (AFSA) et Seed and Knowledge Initiative (SKI).

Le programme ne s’arrêtera pas aux préfectures qui en ont bénéficié. A en croire ses initiateurs, tout est mis en œuvre pour qu’il profite également à tous les paysans du Togo, et même d’ailleurs.

« Nous envisageons, si possible, élargir la formation aux autres préfectures de notre pays, notamment à celles du nord, si tout se passe bien. Ce sera lors de la deuxième édition », promet Jean-Charles Sossou.

Atelier Engrais organique Super Magro

Engagée dans la protection de l’environnement, la conservation de la biodiversité et dans la diffusion et la promotion de l’Agroécologie au Togo et dans la sous-région ouest africaine, Eco-Impact travaille sur plusieurs axes parmi lesquels l’agriculture durable (Agroécologie, Agriculture biologique). Avant d’initier l’Ecole paysanne agroécologique, l’association s’est illustrée cette année par plusieurs activités notamment la formation, en juin, des formateurs endogènes et des acteurs du domaine agricole et environnemental sur les pratiques agroécologiques. Aux côtés de la Centrale des Producteurs de Céréales du Togo (CPC-Togo), elle a également contribué à la formation des producteurs de l’Union Régionale des Organisations de Producteurs de Céréales de la Maritime (UROPC-M) de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (CTOP) en bonnes pratiques agroécologiques en juin, juillet et décembre.

Par ailleurs au mois de juin de cette année, Eco-Impact était au Ghana pour former les producteurs de Organic farmers Association et en juillet en Côte d’Ivoire où elle a échangé sur ses savoirs et savoir-faire sur la production et l’emploi du biochar pour les sols avec d’autres organisations et acteurs de 10 pays francophones œuvrant dans l’agroécologie et aussi à la formation collaborative internationale sur les Bio-intrants (biofertilisants et bio-protecteurs) au Burkina Faso en Octobre dernier de cette année 2021.

Lire aussi : Agroécologie : 28 producteurs de la Coopérative ‘‘Espoir’’ de Tannou formés par Eco-Impact et la CPC-Togo

Atelier production Super Magro Solide à Avétonou dans l’Agou

Leave a Response