Archives

Catégories

Méta

Démocratie/GouvernanceMouvements citoyensUne

Sénégal: Fadel Barro, du mouvement « Y’en a marre » à la politique ?

(Société Civile Média) – Fondateur, avec deux autres journalistes et trois rappeurs, du mouvement citoyen « Y’en a marre » il y a huit ans, Fadel Barro quitte la tête de cette organisation de la société civile au profit de l’un de ses camarades, Aliou Sané. Désormais libéré de ses obligations de premier responsable de Y’en a marre, il aura un peu plus de temps à consacrer à autre chose. Y-a-t-il alors des possibilités de le voir en politique ?

« Non, pour l’instant je suis encore un membre actif de Y’en a marre, et je continue de travailler sous l’aile d’Aliou Sané pour l’atteinte des objectifs de Y’en a marre », a-t-il répondu dans une interview accordée à Rfi.

Pour le désormais ex-coordonnateur de ce mouvement, même si le travail qu’effectue « Y’en a marre » est en train d’être compris, il y a encore beaucoup d’efforts à déployer pour faire évoluer les choses aussi bien dans son pays le Sénégal que sur le continent africain. D’où la nécessité pour lui de continuer à se battre avec ses camarades.

« Quand on regarde tout ce qui se passe en ce moment en Afrique, notamment au Togo Folly Satchivi du mouvement ‘‘En aucun cas’’ est en prison, quand on voit ce qui se passe au Cameroun avec notre camarade Valsero qui est lui aussi en prison parce qu’il exige l’amélioration d’un certain nombre de choses, quand on regarde ce qui se passe en ce moment aux Comores où le ministre de l’Intérieur est responsable de toute la violence qui pourrait arriver, ce simulacre d’élection qui fait que les forces civiles sont organisées en conseil national de transition et que les Comores risquent d’être déstabilisés par le fait d’un homme qui veut se maintenir au pouvoir, et personne n’en parle, il y a tellement de choses à faire sur ce terrain-là. Je reste au service de tous ces combats pour faire évoluer les choses à la fois au Sénégal et sur le continent », a indiqué Fadel Barro.

Récemment, Aliou Sané, le successeur de Fadel Barro à la tête de « Y’en a marre », révélait au journal sénégalais L’Observateur que ce dernier aurait pu être le premier ministre de la Jeunesse de Macky Sall, fraîchement élu en 2012. Mais il avait décliné l’offre, préférant rester dans sa posture.

Leave a Response