Archives

Catégories

Méta

Eau et AssainissementEnvironnementProjecteurUne

Togo-environnement: A la découverte du projet « Initiation des jeunes scolaires à la gestion écologiquement viable et durable des déchets solides »

(Société Civile Média) – Le développement durable passe aussi par la prise de conscience et l’engagement de la jeunesse dans les initiatives visant à impulser le développement économique et social dans une dynamique de préservation de l’environnement. Guidée par cet idéal, l’ONG Science et Technologie Africaines pour un Développement Durable (STADD) a initié un projet dénommé « Initiation des jeunes scolaires à la gestion écologiquement viable et durable des déchets solides ». Lancé le 12 décembre dernier, ce projet, financé par l’ambassade des Etats-Unis au Togo, vise à encourager les plus jeunes à participer à la gestion rationnelle des déchets afin de forger une génération consciente capable de répondre aux défis des Objectifs de Développement Durable (ODD). Allons à la découverte des grands points de ce programme de l’ONG STADD.

Contexte et justification

En Afrique subsaharienne, la gestion des déchets dans les agglomérations urbaines constitue un défi majeur. Au Togo, les principales villes sont en proie d’un envahissement croissant des déchets ménagers solides dues à la croissance rapide de la population et aux manquent de moyens adéquats et de stratégies innovantes de gestion des déchets. Par conséquent, les déchets sont omniprésents dans les caniveaux, dans les rues, sur les espaces publiques et parfois enfouis dans le sol par les ménages avec des conséquences dramatiques sur la santé humaine et animale et des incidences importantes sur l’économie nationale. Les déchets plastiques en particulier sont reconnus par la population comme une source de nuisance intolérable. Leur présence a un impact environnemental fort induisant ainsi une pollution visuelle dans les villes et favorisant la création des mares sources des maladies infectieuses. Une étude récente a estimé que sur les 275 millions de tonnes de déchets plastiques produits par 192 pays côtiers en 2010, environ 8,8 millions de tonnes de plastique mal géré sont entrées dans l’océan. Les débris marins imposent des coûts socio-économiques importants, en particulier pour les industries du tourisme et de la pêche. Les gouvernements locaux, étatiques et nationaux dépensent des millions de dollars pour nettoyer les plages ou perdre des revenus des touristes qui choisissent de passer leurs vacances loin des environnements marins pollués. Une étude récente a prédit que si les améliorations dans l’infrastructure de gestion des déchets ne sont pas mises en œuvre, la quantité de déchets plastiques disponibles pour entrer dans l’océan à partir de sources terrestres pourrait doubler d’ici 2025.
Face à un tel danger, il faut faire de la gestion des déchets, une priorité nationale. C’est pourquoi plusieurs initiatives sont prises par le Gouvernement togolais pour améliorer les interventions en la matière. Il s’agit notamment du Projet d’Environnement Urbain de la ville de Lomé (PEUL) sur lequel vient se greffer celui de la construction du centre d’enfouissement technique porté par la mairie de Lomé, la création de l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP) pour appuyer les collectivités dans la gestion des déchets et le projet Eau et Assainissement au Togo (PEAT 1 et 2) dans les villes de l’intérieur du pays financé par la Délégation de l’Union Européenne. Aussi, le Togo a priorisé la cible 12.5 des Objectifs du Développement Durable (ODD) qui exhorte les pays à réduire considérablement la production de déchets par la prévention, la réduction, le recyclage et la réutilisation dans le Programme National de Développement (PND) 2018-2022.
Mais ces objectifs ambitieux ne pourront pas être atteints que si la jeune génération, relève de demain est fortement impliquée dans le système de gestion des déchets. C’est pourquoi, l’ONG STADD qui dispose des unités de collecte des déchets solides et une unité de recyclage des déchets plastiques et qui a déjà fait ses preuves dans l’implication des élèves à la gestion de l’environnement dans leurs établissements scolaires, propose ce projet qui permettra d’initier plus les jeunes à la gestion des déchets.

But et Objectifs

Le but de ce programme est d’éduquer les participants, principalement des élèves du secondaire, à la protection des cours d’eau grâce à des pratiques appropriées de gestion des déchets et d’assainissement.
Spécifiquement il s’agira de :
– Former 50 élèves de cinq établissements scolaires du secondaire sur les différentes formes de recyclage et de réutilisation des déchets et leur montrer l’importance de protection des plans d’eau contre les déchets solides
– Fournir aux établissements concernés par le projet les poubelles biodégradables et former les élèves formateurs à l’usage et entretien de ces poubelles. Ces derniers se chargeront de former à leur tour, leurs camarades, enseignants et le corps administratifs de leur établissement.
– Faire visiter 50 élèves de cinq établissements scolaires à un plan d’eau pollué par les déchets solides, le centre de recyclage de STADD et l’entreprise de fabrication des matériaux composites à base des déchets recyclés par STADD. ceci permettra d’ouvrir les yeux aux élèves et de les donner les outils d’innovation et de créativité dans le montage des systèmes de gestion des déchets.

Table d'honneur lors du lancement du projet au CEG Agoè-Centre
Table d’honneur lors du lancement du projet au CEG Agoè-Centre

Stratégie de mise en œuvre

Pour la réussite de ce projet, plusieurs acteurs y seront impliqués. Le Ministère des Enseignements Primaire et Secondaire, le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, le Ministère de l’Assainissement, de l’Eau et de l’Hydraulique et le Ministère de Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique apporteront leurs appuis institutionnels et techniques. Les associations et ONG ainsi que le secteurprivé apporteront aussi leur contribution à la mise en œuvre du programme.
Le Ministère des Enseignement Primaire et Secondaire se chargera d’accorder les autorisations d’accès aux établissements scolaires, etd’apporter leurs assistances dans l’élaboration de la feuille de route pour la mise en œuvre du projet en respectant le calendrier scolaire.
Le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières apportera son appui technique dans la mise œuvre du projet en participant à la formation et à la sensibilisation des élèves sélectionnés sur les questions de l’environnement et les dispositions prises par l’Etat en matière de la gestion de l’environnement.

Le Ministère de l’Assainissement, de l’Eau et de l’Hydraulique, à travers l’Agence Nationale d’Assainissement et de Salubrité Publique (ANASAP) se chargera d’apporter son assistance technique et matérielle. L’ANSAP se chargera de vidanger les poubelles dans les établissements scolaires et envoyer les déchets dans l’unité de recyclage de STADD. Ces déchets seront ensuite recycler par STADD et vendus à d’autres partenaires.
Le Ministère de la Communication, de la Culture, des Sports et de la Formation Civique se chargera d’apporter son appui technique à travers ses agences de communication pour la visibilité de l’action et des formations des élèves sur la citoyenneté à travers la direction de la formation civique.
Les ONG et associations qui interviennent dans le recyclage des déchets notamment la fabrication des sacs, porte-monnaie, parapluies et autres objets à partir des sachets plastiques (Zamké, Centre d’art écologique etc.) et la fabrication des sacs et conteneurs à partir des sachets papiers (Civic Bag) seront invités à former les élèves sur la fabrication des objets à partir des sachets en plastique et en papier. Les ONG qui font le recyclage à grande échelle comme l’ONG STADD fera aussi des formations aux élèves sur le recyclage rentable des déchets. A la fin des formations, les élèves seront en mesure de fabriquer les objets à base du plastique, du papier et du verre et proposer des innovations en matière de gestion des déchets.
Enfin, une sortie sera organisée avec les élèves dans la lagune de Lomé pour observer les conséquences dues à la pollution plastique, dans une unité de recyclage pour observer le processus de transformation des déchets et dans une entreprise de fabrication des objets plastiques à base de la matière recyclées. Le lancement officiel et la clôture du programme seront combinés avec les activités publiques de nettoyage de plage afin d’impliquer les élèves dans la protection des plages.

Pour ce faire, cinq établissements scolaires seront sélectionnés de concert avec le Ministère des Enseignements Primaire et Secondaire, 10 élèves par établissement seront désignés pour faire partir du programme et les élèves désignés seront formés sur la gestion des déchets. Ils seront enfin des ambassadeurs de l’environnement au sein de leur établissement scolaire et sensibiliseront leur camarade à la protection de l’environnement. Les poubelles biodégradables seront implantées sous l’autorité des ambassadeurs (élèves désignés) et ces derniers aideront leurs camarades à l’usage de ces poubelles. Une fois les poubelles remplies, les ambassadeurs alertes les agents de l’ANASAP qui viendront les vider et envoyer les déchets au centre de l’ONG STADD pour être recyclés.

Innovation

La principale innovation de ce projet, c’est qu’elle touche directement les plus jeunes dans les écoles, les futurs éducateurs de la nation. C’est la première fois au Togo que les jeunes sont initiés à gestion rentable (recyclage et réutilisation) des déchets. C’est également la première fois que plusieurs institutions de l’Etat et la société civile se réunissent pour travailler ensemble sur la question de l’environnement en matant les élèves en pratique. L’une des innovations est qu’à la fin du programme, les élèves formés seront en mesure de poursuivre la formation avec leurs camarades, d’initier les activités et des projets dans le domaine de la gestion de l’environnement et de sensibiliser la population sur la gestion rationnelle des déchets.

Profil de la population cible

La population cible de ce programme reste strictement des élèves régulièrement inscrits dans un établissement scolaire sélectionné à ce programme au cours de l’année académique 2018-2019, le corps enseignant et le personnel administratif de ces établissements. Les établissements scolaires éligibles au programme sont les écoles primaires et secondaires reconnues par l’état togolais.

Durabilité du projet

Ce projet consiste à impliquer des élèves dans les établissements scolaires à être des ambassadeurs de l’environnement. Les élèves seront formés par des acteurs intervenant dans la gestion des déchets et pourront à leur tour être autonome et poursuivre les formations avec leur camarade. La continuité de projet sera assurée car les élèves disposant déjà des capacités et des poubelles pourront poursuivre les sensibilisations sur l’usage des poubelles. STADD apportera son soutien pour l’enlèvement des poubelles dans les écoles une fois par semaine. Ils participeront aussi aux activités de nettoyage de plage que le Club des Amis des Plages et des Océans (CAPLO) organisent chaque année. Des activités publiques d’assainissement et de nettoyage avec l’ensemble des ambassadeurs du programme seront encouragées après la date d’échéance du programme. STADD veillera à ce que les activités se poursuivent après le financement et mobilisera des ressources additionnelles auprès d’autres bailleurs pour la mise en œuvre des activités.

Les jeunes élèves, principales cibles du projet, lors du lancement
Les jeunes élèves, principale cible du projet, lors du lancement

Expériences et capacité de l’organisation

Science et Technologie Africaines pour un Développement Durable (STADD) est une ONG de Développement.
Elle a pour but d’œuvrer pour la protection et la sauvegarde de l’environnement au Togo à travers le reboisement, la salubrité et l’assainissement des villes par la promotion de recyclage et de réutilisation des déchets, l’éducation environnementale en milieu scolaire et la prévention des catastrophes et des terres par le renforcement des écosystèmes terrestres et aquatiques. Elle intervient dans le domaine de l’environnement, l’assainissement, la santé et l’entrepreneuriat social.

Depuis sa création en 2011, elle a mené des projets en lien avec la protection de l’environnement et la promotion de l’entrepreneuriat. En 2012, elle a conduit le projet d’installation des poubelles dans les établissements scolaires financé par l’ambassade des Etats-Unis au Togo ; de 2012 à 2017, elle a Co-organisée la journée mondiale des océans au Togo et réalisé plusieurs activités pour la dépollution des plages et des océans. En 2013, elle a lancé le projet de collecte des déchets plastiques à Lomé. En 2014, elle a formé 600 jeunes diplômés sur « le social business » dans le cadre de l’atteinte de la SCAPE (Stratégie de Croissance Accélérée et de Promotion de l’Emploi). Elle développe actuellement le projet de recyclage des déchets à Lomé soutenue par la Mairie de Lomé, l’Ambassade de France, le PNUD, le PMF/FEM, le FAIEJ et l’ANASAP. Elle dispose 7 unités de récupération des déchets et une unité de recyclage à Lomé. STADD a co-créé le CAPLO avec l’Ambassade des Etats Unis.

Leave a Response