Togo : Le SYDEMINES et SADD promeuvent le dialogue social dans les entreprises minières

Société Civile Médias
4 Min Read

(Société Civile Médias) – Au Togo, le Syndicat Démocratique des Mines (SYDEMINES) s’active en vue d’amener les travailleurs des mines à obtenir une amélioration de leur qualité de vie au travail par le dialogue social dans un climat de paix sociale. En collaboration avec l’ONG SADD (Solidarité et Action pour le Développement Durable) et avec l’appui du programme WSM pour à l’amélioration des conditions de travail et de vie dans les mines, il les a sensibilisés sur l’importance du dialogue social, gage de développement durable dans les entreprises. Une rencontre axée sur le thème : « l’engagement des délégués syndicaux et du personnel pour la promotion du dialogue social dans les mines au Togo ».

Bien que considéré comme une composante essentielle de l’économie togolaise parce que représentant à lui seul plus de 22% du total des exportations, le secteur des mines ne dispose malheureusement pas de convention collective sectorielle qui prend en compte les conditions particulières du travail dans les mines. Ce qui entraine des relations de travail marquées par des conflits à répétition empêchant le secteur de donner le maximum de son potentiel économique attendu par les parties prenantes.

La principale raison de cette situation conflictuelle sont les conditions de travail très souvent exécrables. Une situation que déplore Mensah Kodjovi Sedonou, secrétaire général du SYDEMINES.

« En dépit du caractère accidentogène du secteur, beaucoup d’entreprises refusent de mettre en place des mesures de sécurité et les EPI à la disposition de leurs travailleurs. Un nombre important de travailleurs victimes du marchandage de la main d’œuvre ne sont pas déclarés à la CNSS. Dans le meilleur des cas les salaires dans le secteur sont les minimas de la convention collective interprofessionnelle du Togo. Les années passent, l’inflation suit son cours sans que ces salaires ne connaissent aucune amélioration », fait-il savoir.

- Advertisement -

Le nouveau Code du travail adopté par le Togo en 2021 consacrait la suppression de la protection des représentants des travailleurs. Cela a semé la panique et a contribué à éloigner un peu plus les travailleurs du centre du dialogue social ou des discussions susceptibles d’améliorer leur qualité de vie au travail. Pour le SYDEMINES, cette situation n’est pas de nature à encourager le climat de paix recherché pour les affaires dans les entreprises et au Togo en général.

« Il est donc important de redonner aux travailleurs l’espoir du dialogue social qui est le seul outil capable de créer un terrain d’entente et d’échange pour l’ensemble des acteurs sociaux et économiques pour une prise de décision commune servant les intérêts du plus grand nombre ou de toutes les parties prenantes », soutient M. Sedonou.

Tenu le 8 juin dernier, l’atelier de sensibilisation a regroupé une douzainede participants notamment des responsables syndicaux, des délégués du personnel et délégués syndicaux. Il a été l’occasion de renforcer les capacités des représentants des travailleurs sur le dialogue social et son importance pour la cohésion, la performance et la compétitivité dans les entreprises.

Les participants ont également été édifiés sur les avantages du dialogue social comparativement aux conflits notamment le lock out et la grève et sur les techniques de promotion et de maintien d’un bon dialogue social en entreprise.